Crimes de guerre nazis en Agenais. Seconde guerre mondiale en Lot & Garonne

Récit de Paul DENIS

lundi 31 mars 2008 par Michel Sercan

Résistant présent à La Clotte lors de l’attaque par les S.S. Manuscrit qu’il a rédigé sur son parcours patriotique

enterré. Notre message personnel était Le cygne chantera ce soir. Mais un gros ennui se produisait puisque j’étais appelé aux Chantiers de la Jeunesse. Sur un faux certificat, établi par Monsieur Jacob, j’obtenais un sursis jusqu’en Juillet. Un autre ennui plus grave se produisait. Le lundi de Pâques, alors que nous venions de terminer le nettoyage des armes reçues, le propriétaire rentrant de Belgique, venait se réinstaller chez lui. Que faire ? Je m’en occupais personnellement de suite. Mais comment faire pour déménager l’armement à la barbe de Monsieur ? Je partis à Bon Encontre trouver l’Abbé Frischmann que je connaissais bien et lui découvrit toute notre organisation. Il me promit de nous aider. Il fit plus et le lendemain venait nous indiquer une autre maison dans sa commune. J’y allais de suite avec Monsieur Jacob et grande fut notre surprise de trouver à la place de la maison, un château avec jardins, bois, métairies, dépendances, etc.… Nous fîmes le déménagement quelques jours plus tard et tout se passa bien. Il s’agit du Château de La Clotte près de Bon Encontre. Nous reçûmes les jours suivants de nombreuses armes et explosifs. Au mois de mai, le Colonel anglais qui se faisait appeler Gaston, vint nous inspecter et nous essayâmes divers engins explosifs et incendiaires. Il nous remit

Page 5

des engins de toutes sortes : crayons explosifs, stylo lacrymogènes, pots de confiture incendiaires, appareils pour attentats sur voies ferrées, et un poste émetteur et récepteur pour communiquer avec avions. Pendant ce temps, notre vie de fiancés continuait. Nous allâmes au théâtre voir Faust et le Barbier de Séville et d’autres pièces de moindre importance. Nous allâmes également assez souvent à la pêche les dimanches et aussi au ravitaillement à Sérignac. Le mois de Juillet arriva et je dus partir aux Chantiers de la Jeunesse. Je fus incorporé au Groupement 29 à Saint Amans Soult (Tarn) le 1er Juillet 1943. Je fus affecté comme secrétaire au Groupe Direction. Le 15 Août, j’étais nommé second d’équipe par le Chef Guingand. Mais le 25, j’apprenais la dure nouvelle. L’Agent de liaison Gérard, alias Gauthier* adjudant au 150e R.I avait été arrêté par la Gestapo et le 23 c’était au tour de Jacob, Blasy et Moulia. Meistermann et Diener passèrent en Afrique du Nord par l’Espagne. Le colonel anglais était recherché et nos armes saisies par les boches. Le 3 septembre, un petit Bernard naquit au foyer de mon frère Robert et le 10 j’étais en permission et assistais au baptême en qualité de parrain. Je retrouvais ma fiancée quelques jours et nous étions bien heureux. Au mois d’Octobre, nous quittions Saint Amans Soult pour Pissos dans les Landes et passions pour y aller par Agen où je pus

Page 6 *Il s’agit en fait de Fernand GAUCHER alias Gérard


Portfolio

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Journal LA PATRIE 20 10 1945 Page 1 Journal LA PATRIE 20 10 1945 Page 2 Extrait du journal LA PATRIE George STARR alias Hilaire
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 151431

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Récits des résistants   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.23 + AHUNTSIC

Creative Commons License